Du 5 au 15 septembre se tiendra la 19ème édition d’un Etrange Festival qu’on ne présente plus, au Forum des Images (Paris). Comme chaque années, un grand nombre de métrages seront projetés : entre avant-premières, inédits, reprises de classiques exhumation de films plus confidentiels ou rares, c’est plus de 80 long-métrages qu’il nous sera possible de voir en cette rentrée.

La sélection pléthorique de cette édition fait encore une fois la part belle à des auteurs habitués des salles du Forum puisqu’on y attend de pied ferme trois doublons : celui de SONO Sion (avec son dernier film Why Don’t You Play In Hell ? et la concrétisation de son premier long inachevé, Bad Film), de Jeremy Saulnier (Blue Ruin, remarqué à la Quinzaine des Réalisateurs cette année, et l’inédit Murder Party, le tout en présence du cinéaste) et enfin de Richard Stanley (avec deux documentaires : le récent L’autre monde, et The Secret Glory, film de 2001 qui transforme un simple sujet télévisé sur Indiana Jones en une enquête sur les origines prétendument occultes des Aventuriers l’Arche perdue).

WDYPIH4

En ouverture, on pourra voir le nouveau film du Coréen Ryoo Seung-Wan (The Unjust) : le thriller The Agent ; tandis qu’en clôture, on assistera au retour de l’auteur de Cube et de Splice (Vincenzo Natali), avec un film de fantôme : Haunter.

Parmi les rendez-vous habituels de l’Etrange, signalons évidemment les cartes blanches, cette années attribuées au très in Albert Dupontel, et au très punk Jello Biafra. Le premier proposera de l’attendu (Folies de femme de Von Stroheim, Que le spectacle commence ! de Bob Fosse) et du plus curieux (le court-métrage de SF français Star Suburb de Stéphane Drouot, la comédie muette improbable The Mystery of The Leaping Fish de John Emerson), tandis que le deuxième nous promet un bien étrange voyage (des 5000 doigts du Docteur T. de Roy Rowland à l’inédit The Widower de Marcus Rogers en passant par Freak Orlando d’Ulrike Ottinger). L’ensemble s’avère forcément hétéroclite et permet, comme chaque année, de détourner le strict programme de reprises thématique pour en faire une tribune singulière de films peu vus et peu projetés.

Haunter2

Il y aura deux rétrospectives plutôt classes, puisque seront à l’honneur les belles Martine Beswick (La nuit des alligators de Peter Collinson, El Chuncho de Damiano Damiani, l’air de rien un moment fort du festival !) et Caroline Munro (Starcrash de Luigi Cozzi, Maniac de William Lustig).

La section Pépites de l’Etrange offre encore un large panel de reprises de films pour la plupart difficilement visibles aujourd’hui, à plus forte raison sur grand écran : le très beau La belladone de la tristesse d’Eiichi Yamamoto, l’excellent film d’horreur domestique 80’s Parents de Bob Balaban (chaînon manquant entre Chérie j’ai rétréci les gosses et Society), le film américain Blood Diner, ou encore l’anthologie parodique Cheeseburger Film Sandwich, où l’on retrouve John Landis et Joe Dante.

Chuncho2

En ce qui concerne les films plus récents, on se pourlèche les babines à l’avance, en citant en vrac : Belenggu de l’Indonésien Upi Avianto, thriller à base de lapins géants ayant fait son petit effet dans divers festivals. Confession of Murder, où il s’agira de vérifier avec Jeong Byeong-Gil si le thriller coréen se porte toujours aussi bien. Oscar Rojo tente visiblement de donner un peu de mordant à une production espagnole un brin proprette avec le film d’horreur cannibale Omnivores. Marvin Kren transforme l’essai (plutôt réussi) de Rammbock avec un film de monstres, The Station. Le film de paradoxe temporel est à la fête aussi avec le Brézilien Man From The Future de Claudio Torres, autre sensation festivalière récente.

Belenggu2

On attend pas mal l’américain Found de Scott Schirmer, alléchante histoire de serial-killer adolescente, le français Dark Touch de Marina De Van ou l’Espagnol Ghost Graduation de Javier Ruiz Caldera. Citons aussi trois rescapés du dernier festival de Cannes, d’un intérêt divers, puisque y ont été trouvés le très mauvais We Are What We Are (remake de Jim Mickle du film mexicain de Jorge Michel Grau) le bon film (très) Noir Ugly d’Anurag Kashyap (Gangs of Wasseypur) et un film que nous n’avons pas vu mais que nous attendons avec impatience : Borgman du Hollandais Alex Van Warmerdam, home invasion surréaliste.

Bref, on l’aura compris, vivement septembre !

Borgman1

Pour en savoir plus vous pouvez télécharger le dépliant du festival. pdf

Site du festival

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir