A peine remis d’un stimulant Offscreen, notre petite équipe enchaînera avec sa première couverture ever du BIFFF, éminent festival qu’on ne présente plus et qui s’apprête à attaquer sa 34ème édition. Contrairement à son petit frère qui laisse la part belle à des films de tous âges et de tous horizons, l’institution bruxelloise met davantage l’accent sur les inédits et autres avant-premières. Et inutile de dire que ça se bousculera au portillon.

14373891301

En vrac, et parmi les films qui nous allèchent le plus, citons le nouvel essai chromatique de Jeremy Saulnier après le très bon Blue Ruin : Green Room. Pour rester aux Etats-Unis, un grand nombre de pellicules bis seront de la partie : du slasher (Suspension de Jeffery Scott Lando, Some Kind of Hate d’Adam Egypt Mortimer) au home invasion (Intruders d’Adam Schindler), il y aura de quoi faire. Les Etats-Unis n’ont d’ailleurs pas le monopole des sous-genres puisqu’on croisera l’espagnol Summer Camp d’Alberto Marini, le film de zombies danois Attack of The Lederhosen Zombies de Dominik Hartel ou encore le film de fantômes australien Backtrack, de Michael Petroni.

green-room-movie-image-2

De fantômes, il sera beaucoup question au BIFFF cette année, en particulier en Asie, qui semble revenir au genre que ce soit au Japon avec le dernier essai d’Hideo Nakata Ghost Theater, mais aussi à Taïwan (The Bride, de Lingo Hsieh), ou en Chine (Chronicles of The Ghostly Tribe de Lu Chuan). Sans oublier les fantômes suédois (Sensoria, de Christian Hallman) et les jeunes femmes qui ressuscitent en Espagne (The Corpse of Anna Fritz, de Hector Hernandez Vicens).

On attend peu en revanche du remake américain de Martyrs (Kevin & Michael Goetz), et certains films déjà vus ailleurs ont plutôt déçu certains membres de notre équipe qui ont eu l’occasion de les voir (les derniers Takashi Miike et Sono Sion : Yakuza Apocalypse pour l’un, The Virgin Psychics et dans une moindre mesure Tag pour l’autre).

the-corpse-of-anna-fritz-one

Quelques curiosités, quant à elles, nous excitent beaucoup : Darling de Mickey Keating et sa jeune femme paranoïaque errant dans un joli noir et blanc, Aaaaaaaah ! de Steve Oram et ses hommes redevenus singes, ou encore Curtain de Jaron Henris-McCrea et son rideau de douche qui ne cesse de disparaître.

Et on n'a pas cité la moitié de ce qu'on infligera à nos rétines pendant ces quelques 13 jours qui s'annoncent déjà dantesques. On vous en reparlera fatalement à la fin de la manifestation, après une redescente qui s'annonce rude.

summercamp3-1600x900-c-default

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir