Le rendez-vous incontournable de la rentrée revient avec une programmation une nouvelle fois alléchante, au sein de laquelle on retrouvera des cinéastes chers à TORSO comme Sono Sion, décidément un indéboulonable des rentrées parisiennes, Takashi Miike, Frank Henenlotter ou encore, bien évidemment, l'éternel Alejandro Jodorowsky. Autant dire qu'on a hâte d'y être !

Alors qu'il nous a retourné les rétines plusieurs fois lors des précédentes éditions de l'étrange (Gulity of Romance et Cold Fish en 2011, Why Don't You Play in Hell? en 2013 et Tokyo Tribe en 2014), le stakhanoviste Sono Sion s'était un peu égaré ces deux dernières années, alternant l'inégal (Tag, vu l'an dernier à l'étrange), le plutôt mauvais (Love & Peace, lors du même rendez-vous) et le catastrophique (The Virgin Psychics, projeté dans le cadre du PIFFF 2015). Connaissant le talent du bonhomme, on l'attend forcément au tournant avec Antiporno, sa relecture du roman porno japonais qu'on imagine forcément personnelle. On aura aussi l'occasion d'en apprendre plus sur le travail du cinéaste avec le documentaire que lui a consacré son compatriote Arata Oshima, sobrement intitulé The Sono Sion.

Toujours du côté des noms familiers, on retrouvera Adam Wingard avec The Blair Witch, suite du film précurseur du found-footage sorti il y a 18 ans. Espérons qu'il fasse mieux qu'avec son dernier long-métrage, le très surestimé thriller postmoderne The Guest. Retour également de l'indien Anurag Kashyap, dont on espère que le petit dernier Psycho Raman (présenté à la dernière Quinzaine des Réalisateurs) s'insrira dans la lignée des oeuvres noires et ambitieuses qu'étaient Ugly et le dyptique Gangs of Wasseypur. On aura également le plaisir de retrouver un film SF du toujours prolifique Takashi Miike (Terra Formars), une nouvelle pépite du vétéran de l'animation psychédélique Bill Plympton (La vengeresse, co-réalisé avec Jim Lujan) ou encore Poésie sans fin, nouvelle oeuvre du parrain de l'étrange Alejandro Jodorowsky, et qui fait office de suite du très beau La Danza de la Realidad. On sera également curieux de retrouver l'espagnol Carles Torrens, qui signe avec Pet son premier long-métrage depuis le plutôt réussi found-footage Emergo, découvert il y a déjà presque 5 ans.

Après son passage à Bruxelles en mars dernier (dont nous avons tiré une interview fleuve encore inédite) et avant la présentation de son nouveau documentaire du côté de Toulouse, Frank Henenlotter profite enfin de la reconnaissance méritée, voire du culte que lui vouent une poignée toujours grandissante de cinéphiles déviants. De fait, l'étrange a eu la bonne idée de proposer une rétrospective de ses films cultes (Frankenhooker, Elmer, le remue méninge et les deux premiers Frère de Sang), en sa présence, excusez du peu. Hommages également rendus à Shohei Imamura et Andrzej Zulawski, l'occasion de voir ou revoir un grosse poignée de leurs oeuvres respectives sur grand écran. Mais enfin, il nous faudrait plus que quelques lignes pour explorer le programme complet de cette 22e édition de l'Etrange Festival, tant il regorge de nouveautés excitantes et de classiques indémodables. On vous laissera donc le soin de décortiquer vous-même la programmation complète sur le site officiel du festival : http://www.etrangefestival.com 

Vous l'aurez compris, c'est du côté du Forum des Images (mais également du cinéma Les Fauvettes, où seront projetés 36 films) que les amoureux du genre ont une nouvelle fois rendez-vous pour fêter dignement la rentrée. On s'y croisera peut-être !

strange2016 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir