Du 17 au 26 février se tiendra, à Genève, la treizième édition du passionnant Black Movie Festival ! Cette année, placée sous l'égide de la fin du monde (tant qu'à faire, ils n'en auront pas l'occasion trente cinq fois), va voir surgir sur les écrans suisses une pluie de perles, essentiellement de genre, venues du monde entier, essentiellement du Japon.

Parmi les seize réalisateurs venus pointer le bout de leur nez déviant, saluons la présence du plus déviant d'entre tous : M. Yoshihiro Nishimura qui viendra, au nom de la désormais célèbre Sushi Typhoon, présenter une poignée de films du label. Préparez une bonne quantité de saké, vous pourrez voir ou revoir Deadball de Yudai Yamagushi, ou encore Tokyo Gore Police et Helldriver, de Nishimura lui-même !

Signalons aussi la présence de Scabbard Samuraï, dernier film de Hitoshi Matsumoto, réalisateur barré de Symbol, l'excellente idée de projeter le magnifique The Hole de Tsai Ming Liang ou le troisième Dead Or Alive de Takashi Miike et, surtout, applaudissons à deux mains la présence exclusive du nouveau film de Sion Sono : Himizu, présent à Venise en fin d'année dernière, de laquelle il est reparti avec un prix d'interprétation masculine.

Mais le festival jette aussi un œil hors de l'Asie, avec une part belle donnée à des metteurs en scène grecs (Attenberg de Athina Rachel ou l'excellent Canine de Yorgos Lanthimos) ou Marocains. Le Black Movie festival a la très belle idée d'aller mettre son nez là où pas grand monde ne le met, de mettre au même niveau reprises, sorties récentes ou avant-premières, et surtout de témoigner d'une liberté éditoriale totale.

Nous sommes très tristes, en gueule de bois post-Gérardmer, de ne pas pouvoir nous y rendre, mais on ne doute pas que le résultat sera à la hauteur des promesses d'un programme chargé.

Alors saluez Yoshihiro de notre part, kampei !

Black Movie Festival

black movie festival

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir