Voici un extrait d'un long entretien que TORSO a mené avec le réalisateur de Brick et de Brothers Bloom. Une autre partie de cette interview se trouve dans notre numéro 3, à propos de son travail de montage sur May de Lucky McKee.

RianJohnson

 

EXTRAIT:

TORSO : Parlons d’un film que nous n’avons pas encore vu: Les Frères Bloom. Pouvez-vous nous dire quelques mots à son propos ?

RIAN JOHNSON : Bien sûr. C’est un film d’escroquerie qui parle de deux frères, joués par Adrien Brody et Mark Ruffalo. C’est l’histoire de leur escroquerie finale, qu’ils montent contre une riche héritière jouée par Rachel Weisz. Grosso modo le film aborde le fait de raconter des histoires, et la manière dont nous utilisions ces histoires dans nos vies, pour faire le bien ou le mal. Le plus jeune frère a vécu sa vie entière au milieu de ces histoires, ces coups montés, que son frère écrit. Du coup il aimerait s’éloigner de cela, entrer dans le vrai monde, un monde non écrit à l’avance. Le film explore la question d’une éventuelle signification de l’existence d’un tel monde.

T : Encore un film qui floue la réalité, donc...

RJ: Oui, mais cette fois de manière à ce qu’elle soit embellie. Au niveau de la tonalité, en l’état le film est très fun, très éclatant, avec une atmosphère empruntée au cirque. Très différent de Brick. Les escrocs y sont très romancés, ce n’est pas comme s’ils étaient utilisés pour explorer l’aspect criminel de la nature humaine.

T : Le temps que vous avez mis à faire ce film n’a plus rien à voir avec celui employé sur Brick. Sa conception en a-t-elle simplifiée ou non ? Dans quelles conditions êtes-vous le plus confortable ?

RJ : C’est une plus grosse production, mais l’expérience était similaire à celle de Brick en de nombreux points. J’ai eu une très bonne équipe, nous croyions tous énormément en ce que nous faisions, et nous nous sommes beaucoup amusés à le faire. De plus, nous avons réalisé ce film avec de l’argent indépendant, qui ne provenait pas de studios, ce qui fait que je n’ai pas eu à faire face aux aberrations dont ils sont coutumiers.

BrothersBloom1

T : Donc le fait d’avoir un budget plus important, des acteurs plus célèbres et rentables, ça n’a rien changé dans votre façon de procéder ?

RJ : C’était en effet assez effrayant au début d’entrer dans cette machine, mais une fois que nous avons commencé à travailler, ça ne changeait rien du tout. Au final c’est toujours la même manière de raconter une histoire, avec une caméra et des acteurs, tout ce qui est périphérique à cela s’efface très vite.

T : Parlons maintenant de votre projet de film de science-fiction...

RJ : Je suis en train de l’écrire. Cela s’appellera Looper... Sans trop en dévoiler, le titre est en rapport avec le voyage dans le temps. Le voyage dans le temps sera utilisé dans le film de la même manière que dans Terminator, comme une partie du dispositif, pas une partie active de l’intrigue. Ce n’est pas de la S-F de grande échelle, c’est davantage basé sur les personnages, c’est un film intimiste. Et au niveau du ton ce sera assez sombre. Je m’amuse beaucoup à l’écrire en tout cas, j’espère que nous pourrons le tourner au plus tard l’an prochain.

La suite prochainement ? 

BrothersBloom2

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir