darkness-fanzine11Le 11ème numéro du fanzine Darkness vient de paraître, et c’est déjà un micro-évènement en soi, puisque le numéro 10 date de… 1991. Christophe Triollet, rédacteur en chef de cette publication ayant vu le jour au milieu des années 80, la ressuscite aujourd’hui avec un sujet prompt à historiciser son travail (et celui de ses nombreux collaborateurs), puisque c’est le même qu’un précédent numéro datant du millénaire dernier : Violence et censure au cinéma.

Le numéro est donc thématique, et les intervenants nombreux et d’horizons différents. On y croise le rédacteur en chef du fanzine Médusa Didier Lefèvre, le juriste Lionel Trelis, l’écrivain Olivier Mongin etc. Une troupe agitée à l’image de ce numéro, qui enchaîne sans temps mort, colonne après colonne, les articles des uns ou des autres, séparés chacun par un léger espace, plutôt que par une photo, ou un changement de page traditionnels.

Le thème choisi profite de diverses actualités brûlantes parsemées dans la décennie dernière : La sortie houleuse de Baise-moi, l’interdiction aux moins de 18 ans d’une série de films, le phénomène Martyrs, autant de sujets tournés et retournés frénétiquement tout au long d’une suite d’articles un peu inégaux, mais dont on peut retenir celui sur la sortie de Martyrs, dans lequel son auteur remet judicieusement en perspective le scandale fabriqué de toutes pièces entourant son obtention de visa, ou encore le billet d’humeur un peu triste de Didier Lefèvre. Nous saluerons aussi une bienvenue pluralité des voix, puisque cinéphiles et critiques côtoient historiens ou juristes, et puisqu’on s’autorise même un entretien avec Sylvie Hubac, ancienne présidente de la Commission de Classification des Œuvres Cinématographiques.

S’il fallait formuler une critique, elle serait peut-être à chercher du côté d’un manque de ligne éditoriale, qui conduit plusieurs articles à tourner autour du même pot, et à se répéter un peu. Mais c’est un détail, qu’on oubliera volontiers en se rappelant plutôt d’une vive et infinie réflexion sur l’état de la censure en France (et, au-delà, de ce que l’on est capable de voir aujourd’hui), et par extension dans le monde. Vivement le numéro 12, qui approfondira son sujet puisqu’il s’intitulera : Sexe et censure au cinéma en France. En espérant ne pas avoir à attendre 2020 !

Pour le commander, il suffit de se connecter au désormais célèbre site internet sin'art: http://www.sinart.asso.fr/recherche/23980/

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir